Libéralisme, socialisme, l’origine idéologique de la division

Complément et réponse à l’article de Johnathan Razorback, Le libéralisme, le socialisme, et l’héritage divisé des Lumières, paru dans Contrepoints le 22 août 2021.

La division entre libéraux et socialistes

On peut voir la division entre libéraux et socialistes comme une variation des moyens politiques pour atteindre un même idéal, celui des lumières, mais il me semble important de souligner qu’il y a une origine idéologique fondamentale dans la scission de ces deux mouvements.

Rappelons tout d’abord que cette division, même si elle trouve ses germes dans les philosophes des lumières eux-mêmes, - il est difficile de concilier les points de vue de Rousseau et de Hobbes - est apparue politiquement presque à la fin du XIXe siècle.

Les premiers socialistes à entrer à l’assemblée en France le font à titre individuel, sans appareil ni parti, et tard dans le siècle. Au XIXe siècle en France, être de gauche c’est être libéral ou républicain, les libéraux étant considérés plus à gauche que ces derniers.
C’est donc à partir de la gauche libérale que s’est formée la gauche socialiste. Les socialistes ont peu à peu remplacé les libéraux à l’assemblée et de nombreux libéraux sont devenus socialistes. Il faut également noter que les idées socialistes de l’époque, celles de Jaurès ou de Proudhon par exemple présentaient de nombreuses similitudes avec le libéralisme.
La conversion de socialistes au libéralisme, très marginale, est apparue bien plus tard au XXe siècle et ne concerne qu’une poignée d’individus, philosophes ou politologues éloignés du pouvoir. Il n’y a toujours pas à ce jour de conversion significative de socialistes proches du pouvoir vers le libéralisme, tant s’en faut.

La notion de Nature Humaine au centre de la pensée libérale

Ceci rappelé, le point de séparation fondamental entre le socialisme et le libéralisme est la notion de Nature Humaine qui est au centre de la pensée libérale et que le socialisme, dans toutes ses formes jusqu’à aujourd’hui, n’a cessé de nier. La philosophie libérale considère l’Homme comme un individu et lui prête une Nature dont l’organisation de la société et les lois doivent tenir compte. La propriété, en tant que droit inhérent à la nature profonde de l’Homme, est au centre de ce concept.
Le socialisme quant à lui considère que la Nature Humaine ; au sens d’un déterminisme comportemental, même partiel, n’existe pas. L’esprit et la pensée peuvent tout, donc les corps humains et sociaux doivent pouvoir être modelés pour atteindre un idéal de société. Dans la doctrine socialiste, les comportements humains sont uniquement le produit des circonstances, c’est à dire de l’histoire, de l’éducation et de l’environnement.
Au contraire, dans la philosophie libérale, admirablement synthétisée par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, existe un « droit naturel » qui correspond à la meilleure organisation sociale possible, tenant compte de la nature profonde de l’Homme : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. » nous dit son article 2.
Pour les penseurs libéraux la Nature Humaine est invariante à l’échelle de l’histoire tandis que pour la pensée marxiste, phare du socialisme : « Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. » (K. Marx).

Cette différence fondamentale d’interprétation des capacités et du fonctionnement de l’être humain est née à une époque où la science était incapable de trancher sur le sujet. La notion de droit naturel, donc de Nature Humaine, exprimée par la DDH de 89 résulte d’une intuition philosophique plutôt que d’une mesure vérifiable des comportements humains à travers les époques et les civilisations. L’idée novatrice du libéralisme consiste à admettre que le droit naturel se base sur la nature des individus et sur un principe isonomique d’égalité, alors que le droit naturel antique recherchait  la "nature" de l'organisation sociale prise dans son ensemble, c’est à dire l’harmonie d’une cité, dans laquelle les individus peuvent parfaitement ne pas être égaux en droit.

La science marxiste opposée à la Nature Humaine

A l’inverse, le marxisme se présente dans la deuxième moitié du XIXe siècle comme une science qui offre une explication sur la nature des cultures humaines, sur les rapports de domination entre classes, et sur la formation des connaissances et jugements humains. De surcroît le marxisme offre aux intellectuels un champ des possibles politiques sans commune mesure avec celui du libéralisme. L’idée que tout ce qui relève du mental : goûts, attirances et répulsions, domination et soumission, sont des constructions culturelles, amène instantanément son corollaire, à savoir que ce qui a été construit par l’habitude et par l’intérêt peut être déconstruit et reconstruit.
Dans cette façon de voir l’être humain, le cerveau est une espèce de vaste réservoir entièrement malléable, ce que Steven Pinker appelle une « ardoise vierge » (1).

Pour les socialistes et les marxistes, l’être humain se distingue totalement des autres animaux. L’Homme n’a pas d’instinct égoïste, pas de violence innée, pas d’instinct de dominance, pas de biais cognitifs, pas de canevas du langage et de représentation du monde originels, pas de tendance à hiérarchiser ses alliances, etc.
De la publication de l’Origine des espèces en 1859, les socialistes ne retiennent finalement que la contradiction de la parole biblique : plus besoin de Dieu pour expliquer la création des être vivants ; et la rationalité triomphante : le cerveau humain donne une explication à tout, y compris à sa propre création.
Ils y trouveront aussi la taxonomie des races, évidence scientifique de l’époque, qui n’est pas incompatible avec la théorie de l’ardoise vierge. En effet, si certaines races ont des capacités moins importantes que d’autres, cela tient essentiellement, selon cette science, à leur volume crânien et à leur stature. Pour le reste, croyant plus aux bienfaits de l’éducation et de l’interventionnisme que leurs homologues libéraux, les socialistes allaient être nettement plus colonialistes qu’eux, ce qui fera s’écrier à Jules Ferry en 1885 : « Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. ».
En adhérant à la théorie de l’ardoise vierge, les socialistes et les communistes rejoignaient ainsi curieusement la conception religieuse d’un être humain doté de capacités sans lien avec les autres créatures terrestres, c’est à dire capable de modifier sa propre nature une fois affranchi de ses déterminations culturelles. « L’histoire toute entière n'est qu'une transformation de la nature humaine. » (K Marx).

Les tristes perspectives libérales face au socialisme montant

A côté de cela les perspectives offertes par le libéralisme : il y a une Nature Humaine et il faut composer avec, sont bien peu enthousiasmantes. « On peut modifier l'action de l'homme dans une certaine mesure, on ne saurait changer la nature humaine. » disait Abraham Lincoln. Et bien plus tard Soljenitsyne, constatant le désastre communiste : « La nature humaine, si elle évolue, ce n'est guère plus vite que le profil géologique de la terre. ».
En effet, depuis les physiocrates et Adam Smith, les penseurs et théoriciens libéraux proposent d’utiliser les caractères humains hérités et inévitables, pour parvenir à une organisation sociale dans laquelle le partage du travail, la spécialisation et la concurrence permettent de neutraliser ses manifestations les plus apparemment égoïstes, violentes ou dominatrices.
Les libéraux et républicains de XIXe siècle sont eux aussi progressistes, comme les socialistes, mais de façon beaucoup plus prudente. Ils considèrent que la généralisation du droit de propriété privée des moyens de production (donc l’abolition des privilèges) est un excellent moyen de générer de la richesse et d’élever le niveau des plus démunis. La main invisible ne requiert pas de bienveillance envers autrui, de sagesse, de partage communautaire ou de clairvoyance. Elle s’accommode de la Nature Humaine et l’utilise pour obtenir une société plus prospère et plus juste pour tous. La philosophie libérale sera largement développée et théorisée tout au long des XIXe et XXe siècle, l’école libérale française, n’étant pas en reste dans ce vaste mouvement.

Qui avait raison ?

Alors, on peut se demander avec le recul du temps et les progrès de la science : qui avait raison entre les socialistes et les libéraux ? Un ouvrage (assez fondamental pour qui prétend réfléchir au devenir des sociétés humaines) répond à cette question. Déjà cité plus haut, The blank slate, de Steven Pinker (Titre français : Comprendre la nature humaine, Odile Jacob 2005) expose de nombreux résultats de travaux obéissant à la méthode scientifique. Il se présente comme une somme de connaissances dans les domaines des neurosciences, de l’anthropologie, du cognitivisme, de la sociobiologie, de la génétique du comportement, de la biologie évolutionniste.
Le résultat de tout cela confirme qu’il y a bien une Nature Humaine, c’est à dire que l’inné intervient dans la formation des capacités et de l’entendement humain. Le cerveau humain n’est absolument pas une ardoise vierge, il est en quelque sorte « précablé » par la génétique de telle sorte que l’environnement puisse interagir avec lui d’une certaine manière, la plus efficace possible au regard des lois de l’évolution. Ceci ne veut pas dire que l’environnement n’a pas de rôle, ni même qu’il n’a pas un rôle important dans la constitution d’un individu. Nature et culture sont bien les deux composants de la psyché humaine.
Quand on y réfléchit ces constatations ne sont pas étonnantes ; tous les thèmes littéraires depuis l’antiquité font état d’une Nature Humaine invariante (désespérément pour certains de ses contempteurs). Les traits du comportement humain -  jalousie, amour, trahison, népotisme, morale, agressivité, fierté, envie, aveuglement – sont depuis toujours, le sujet et l’objet de tous les écrits et drames classiques. Mais pour les partisans de l’ardoise vierge cela ne constituait pas une preuve en soi puisque la culture aurait pu avoir transmis ces thèmes tout au long de l’histoire. Par contre la similitude des thèmes constitutifs de la tragi-comédie humaine dans toutes les civilisations constituait déjà un fort faisceau de présomptions contre la théorie de l’ardoise vierge avant que la science ne tranche sur le sujet.
Car d’un point de vue scientifique, aujourd’hui, les preuves objectives de l’existence d’une Nature Humaine et de la transmissibilité des traits du comportement humain sont écrasantes. Il n’ y a aucun doute, les libéraux du XIXe siècle avaient raison et Marx s’est complètement fourvoyé. Comme le dira laconiquement E. O. Wilson, fondateur de la sociobiologie et spécialiste mondial des fourmis à propos du marxisme : « Merveilleuse théorie. Mauvaise espèce. ».

Dernières batailles médiatiques des partisans de l’ardoise vierge

Le débat est-il clos pour autant ? Loin de là ! Les partisans de l’ardoise vierge ne désarment pas, même placés face au large consensus scientifique sur le sujet. « Selon l’idéologie relativiste qui prévaut dans une grande partie du monde universitaire actuel, la réalité est socialement construite au moyen du langage, des stéréotypes, et des images que présentent les médias » (Steven Pinker).
Les grands mouvements relativistes : constructivisme, postmodernisme, déconstructivisme, considèrent que l’individu est entièrement déterminé par sa culture et qu’il est du devoir des intellectuels éclairés de le libérer de ses chaînes, c’est à dire de l’idéologie dominante.
Plus récemment le « wokisme » considère que l’appartenance ethnique ou le genre sont de pures constructions sociales sans lien avec une réalité qui n’existe pas puisqu’elle est toujours « socialement construite » par le pouvoir capitaliste, blanc, et masculin.

La controverse ne faiblit donc pas, mais on peut noter que les positions du camp de l’ardoise vierge deviennent de plus en plus caricaturales et difficiles à tenir. Alors que la pensée marxienne avait construit sa théorie sur une science, le carré dur de l’ardoise vierge doit aujourd’hui nier les données scientifiques et radicaliser ses positions pour exister médiatiquement.

(1) L'expression "blank slate" a été traduite dans la version française par "table rase". Nous préférons la formule originale de l'auteur "ardoise vierge". A noter que d'autres choix de traduction posent problème, notamment la classique erreur de traduction de "liberal" par libéral qui obscurcit considérablement le chapitre sur la politique pour un public non averti.

Le trilemme du Covid 19

Première phase de la pandémie, le dilemme du confinement

 

L’épisode du Covid 19 nous donne l’occasion d’une réflexion sur les règles d’attribution et de conservation de la propriété, mises à mal par de prétendus partisans de la liberté.

Attraper le Covid 19 et risquer d’en mourir ou d’avoir des séquelles dont on ne connaît encore ni la portée ni la durée est évidemment une atteinte à notre propriété.
Rappelons que pour la philosophie libérale les quatre droits de l’homme : liberté, propriété, sûreté et résistance à l’oppression sont en fait quatre expressions du droit de propriété et du cadre de son exercice. On est propriétaire de son corps donc toute atteinte à notre intégrité corporelle ou à nos biens, si elle provient d’autres hommes, est contraire à nos « droits naturels ».

Lire la suite

Oui, certains vaccins COVID font appel au génie génétique. Admettons-le

https://www.gaucheliberale.org/public/images/.research-5297028_640_m.jpg

Titre original : Yes, some COVID vaccines use genetic engineering. Get over it.

Par Mark Lynas,

Paru sur le site de Cornell Alliance for Science.

https://www.gaucheliberale.org/public/images/.research-5297028_640_m.jpg

Nous avons tous subi les théories conspirationnistes sur le COVID-19. Aujourd'hui une nouvelle vague de même nature est en train de se former à propos des vaccins COVID - et de se propager de manière aussi virulente que la pandémie qu'ils sont censés contrôler.
Même si les instances de santé publique ont tendance à se montrer rassurantes sur certaines des appréhensions les plus raisonnables - oui, les vaccins ont été développés incroyablement rapidement et des effets secondaires à court terme peuvent se produire - ce billet se propose d’aborder le sujet sous un autre angle.

Lire la suite

Les libéraux défendent la propriété privée donc les plus riches

Faux Les plus riches ont toujours possédé les moyens de défendre leur propriété. Ce sont les faibles et les pauvres qui sont les éternelles victimes des systèmes politiques qui ne défendent pas la propriété individuelle. Le principe révolutionnaire énoncé en 1789 garantit à tous, aux plus faibles  […]

Lire la suite

Les libéraux sont individualistes donc égoïstes

Mauvaise déduction Les libéraux sont effectivement viscéralement individualistes. Mais être individualiste ne conduit nullement à l'égoïsme ou au repli sur soi. Car être individualiste c'est vouloir mener sa vie comme on l'entend tout en reconnaissant dans son prochain un être autonome qui poursuit  […]

Lire la suite

Coronavirus : retour à la Nature... et à celle de l’État

L'épidémie de coronavirus Covid 19 est un puissant révélateur des grandes tendances qui ont servi de base à l'évolution de nos institutions au cours des deux dernières décennies. D'une part un État de plus en plus dirigiste et interventionniste que ses dépenses courantes empêchent d'accomplir ses tâches régaliennes, d'autre part une forme d'allégeance électoraliste à un nouvel ordre écologique qui attribue des vertus à la Nature et doute des bienfaits de l'action humaine.

Lire la suite

Pourquoi les revendications apocalyptiques sur le changement climatique sont incohérentes

Par Michael Shellenberger (1)

Titre original : Why Apocalyptic Claims About Climate Change Are Wrong
Article paru dans Forbes le 25 novembre 2019
Traduction Alain Cohen-Dumouchel


Ces dernières semaines, les journalistes et les défenseurs de l'environnement ont fait un certain nombre de prédictions apocalyptiques sur l'impact du changement climatique. Bill McKibben a suggéré qu'en Australie, les incendies causés par le climat avaient rendu les koalas « pratiquement éteints ». Extinction Rebellion affirme : « Des milliards de gens mourront » et « La vie sur Terre est en train de s'éteindre. » Vice magazine soutient que « l'effondrement de la civilisation a peut-être déjà commencé. »

Lire la suite

L'écologie fasciste : l'« aile verte » du parti nazi et ses antécédents historiques

L'article de Peter Staudenmaier sur les racines d'extrême droite de la philosophie écologiste et sur sa mise en œuvre pratique et théorique sous le IIIe Reich a été initialement publié en 1995 dans Ecofascism: Lessons from the German Experience (San Francisco: AK Press, 1995). L'ouvrage a été réédité en 2011 dans Janet Biehl and Peter Staudenmaier, Ecofascism Revisited (Porsgrunn: New Compass Press, 2011).

Curieusement aucune traduction française de ce texte n'avait jamais été rendue disponible avant ce jour. C'est pourquoi, avec l'accord de l'auteur, j'ai pris l'initiative de traduire cet article qui éclaire les relations de l'écologie avec l'idéologie nazie.

L'écologie fasciste : l'« aile verte » du parti nazi et ses antécédents historiques

Lire la suite

La propriété expliquée aux libertariens - libéralisme versus anarcho-capitalisme

Après avoir rappelé les principes de la propriété équitable, communs aux sociétés tribales, antiques féodales et socialistes, puis ceux de la propriété privée libérale nous nous intéressons aujourd'hui à une forme théorique de propriété, la propriété libertarienne, censée exister en dehors de toute structure étatique.

Lire la suite

Analyse libérale du "grand remplacement"

La notion de "grand remplacement" dans laquelle l'identité culturelle de l'Europe serait menacée par une invasion africaine musulmane fait partie des grands thèmes montants de la décennie. Longtemps cantonnée aux partis d'extrême droite européens, elle s'étend maintenant à des sphères moins sulfureuses de l'intelligentsia identitaire.

Image par Capri23auto de Pixabay

Lire la suite

La propriété expliquée aux socialistes - La propriété privée

La propriété privée n'est pas quelque chose d'intuitif ou d'évident puisqu'elle n'a jamais pu s'établir pendant 4000 ans. Ce n'est qu'avec les lumières et les révolutions anglaises, puis françaises et européennes que la propriété devient un droit de l'homme reconnu par le pouvoir et qui lui est opposable. La propriété est ici garantie par l'administration en dehors de toute éthique imposée. La propriété devient privée c'est à dire que tous ceux, pouvoir compris, qui n'ont pas de droits de propriété sur un bien sont officiellement privés de cette propriété.

Lire la suite

La propriété expliquée aux socialistes - La propriété équitable

La notion de propriété est centrale dans la philosophie libérale. La propriété conçue comme un droit de l'homme reconnu par le pouvoir est le pilier de la doctrine libérale classique. Cette notion subtile basée sur un équilibre entre le droit naturel et le droit positif s'oppose à la conception de la propriété qui a prévalu de façon immémoriale et qui a été reprise par les différentes formes de socialismes : la propriété équitable.

Lire la suite

Lettre aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon


Chers dirigistes,

Vous voulez "refaire le monde", réparer les injustices, accroître le bien-être de l'humanité, voilà de louables préoccupations. Mais pourquoi choisir le socialisme et le protectionnisme pour atteindre ces objectifs ?

Par Awkiku — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,

Car si le monde est à refaire, depuis la révolution industrielle, c'est bien le capitalisme et l'économie de marché qui le refait. C'est l'organisation capitaliste qui tire de la misère et de la faim, les uns après les autres, les pays qui adoptent ce système, ou plutôt qui acceptent ce système, puisque jamais aucun homme d’État n'a prôné ou "décidé" de "passer au capitalisme".
Le capitalisme est l'ordre spontané qui naît de la reconnaissance par les gouvernements, de la liberté et de la propriété, ces deux droits de l'homme qui figurent en tête de notre constitution. La révolution capitaliste est donc une révolution sans révolutionnaire, ce qui vous désoriente, vous les dirigistes, qui ne pouvez imaginer qu'il n'y ait pas de "dessein humain" à l'ordre du monde.

Lire la suite

Non M. Hamon, Bachar Al-Hassad et Daech ne sont pas "des barbares de la même nature".

« Daech d’un coté et Bachar Al-Assad de l’autre sont aujourd’hui des barbares de la même nature » Benoît Hamon le 07/04/2017
Cité - entre autres - par Le Monde - d'après une dépêche AFP.

Une fois de plus, Benoît Hamon a tout faux. Car quiconque a un minimum de culture politique est capable de faire la différence entre un régime totalitaire et un régime dictatorial.
Quel que soit le caractère odieux et insupportable des frappes chimiques imputées à Bachar Al-Hassad, il existe bien une différence de nature entre les crimes du dirigeant syrien et ceux de Daech.

 

Photo flickR licence CC par kr428

 

Lire la suite

L'intox bio sur les pesticides - 2e partie

Comment mesure t-on la toxicité des pesticides ?


Cette présence de pesticides naturels dans notre alimentation nous amène à nous interroger sur les méthodes employées pour juger de leur toxicité. La méthode canonique qui est employée par les laboratoires consiste à isoler les substances présumées dangereuses et à les administrer à haute doses à des rongeurs. Si des pathologies apparaissent chez les rongeurs, le lobby bio comme l'administration sanitaire croient pouvoir en déduire que les mêmes substances, administrées à l'homme à très faibles doses sur une longue période, seront dangereuses.

Lire la suite

L'intox bio sur les pesticides - 1re partie

La plupart des consommateurs est persuadée que les aliments bio contiennent sensiblement moins de pesticides que les aliments de l'agriculture traditionnelle et qu'ils sont donc "meilleurs pour la santé". Pour juger de la pertinence de cette croyance il faut d'une part définir la notion de pesticide, et d'autre part examiner comment est mesurée leur toxicité présumée. En effet, Le lobby bio, extrêmement actif aussi bien auprès des pouvoirs publics que des médias, délivre une information biaisée via la publication de pseudo "tests" qui n'ont aucune valeur scientifique. Alors que l'agitation perpétuelle entretenue par les associations écologistes bénéficie d'une importante couverture médiatique, les démentis de la communauté scientifique passent inaperçus puisqu'ils interviennent toujours quelques semaines ou quelques mois après la publication des tonitruantes "révélations" du lobby bio.

Lire la suite

Quand les B.O.F. (Bureaucrates, Officiels, Fonctionnaires) dénoncent le "fascisme néolibéral"

Manuela Cadelli a cru bon commencer son article intitulé : "le néolibéralisme est un fascisme" par cet avertissement : "le temps des précautions oratoires est révolu".
Toute personne ayant un minimum de culture sur l'histoire et la philosophie libérale pourrait croire que cette expression vise à prévenir le lecteur que désormais on peut raconter n'importe quoi et s'affranchir du sens des mots. Or il semble qu'il n'en est rien, l'article est bien au premier degré. Dans l'esprit de ce fonctionnaire de l'administration belge,"prendre des précautions oratoires" signifie rester poli, s'abstenir d'employer des mots violents qui risquent de désigner ses adversaires politiques comme des ennemis physiques.
Manuela Cadelli a donc décidé de passer outre ces règles de bienséance pour attaquer directement ses adversaires à savoir le "néolibéralisme", les "milieux financiers" et la "classe dirigeante" en les traitant de fascistes.

Nous répondrons donc sur le même ton et en omettant à notre tour les précautions oratoires.

Lire la suite

Deuxième tour des élections régionales 2015 en ile de France - Votez blanc

Plusieurs personnalités qui se réclament du libéralisme appellent à voter pour la liste de droite menée par Valérie Pecresse. La principale raison invoquée c'est le barrage à la gauche représentée par l'épouvantable Claude Bartolone, multi-cumulard, champion du clientélisme quasi mafieux et, on l'a  […]

Lire la suite

Elections régionales - Aux urnes citoyens

Unique mouvement ayant des velléités libérales, aux urnes citoyens doit recevoir le vote de tous les libéraux de bonne volonté dans les régions où il se présente. Au delà des querelles idéologiques, ô combien normales et même salutaires lorsqu'il s'agit de développer un courant de pensée  […]

Lire la suite

Une gauche libérale peut-elle renaître et comment la définir ?

Il n'existe aucune définition de la gauche libérale. Le thème revient pourtant de façon récurrente dans les ouvrages consacrés au libéralisme. On y attache des auteurs tel Yves Guyot, Karl Popper, Luigi Einaudi et bien d'autres, mais sans le moindre fil directeur. La préoccupation sociale semble en être le point de ralliement mais ce serait faire insulte aux autres libéraux de considérer qu'ils ne s'intéressent pas à la question sociale. Il faut donc trouver une méthode plus systématique pour essayer de caractériser ce que serait aujourd'hui une gauche libérale.

Lire la suite

Haut de page